Sélectionner une page

La période des règles est sans doute la plus inconfortable pour les femmes. Si certaines se plaignent de ressentir des douleurs vives au ventre, d’autres ont juste hâte qu’elles se terminent pour retrouver la bonne humeur. Selon les idées reçues, il n’est pas très conseillé de faire des mouvements brusques durant cette période, ce qui est totalement faux, car on peut très bien allier le sport et les règles, mais à condition bien sûr d’adopter les bons gestes et de choisir le bon sport.

Le sport et les règles : est-ce qu’ils vont de pair ?

En réalité, il n’existe aucune contre-indication médicale pour le sport durant la période des règles, malgré ces mots d’excuses lors des séances de gym au lycée. Toutefois, comme les menstruations n’ont pas les mêmes effets chez les femmes, la notion de sport varie un peu. En effet, si vous souffrez de douleurs abdominales intenses, vous n’allez certainement pas vous mettre au foot ou au rugby. Par contre, vous pouvez faire un sport plus soft comme la marche à pied ou la natation.

Certaines diraient qu’il est impossible de nager pendant ses menstruations, ce qui est vrai mais uniquement dans le cas où vous portez une serviette, car elle va absorber l’eau. Par contre, sachez que l’eau a le pouvoir de ralentir, voire de stopper le flux sanguin, donc vous n’avez à pas à craindre les fuites. Sinon, vous pouvez aussi utiliser une coupe menstruelle.  Ainsi, non seulement vous serez protégée des fuites, mais en plus l’eau chlorée ne viendra pas infecter votre intimité. Ceci dit, il est conseillé de vider la coupe avant et après la séance de natation.

Les règles et la performance sportive

Contrairement à ce que l’on croit, il n’existe aucune relation entre règles et performances car la performance musculaire ne varie pas quelle que soit la période du cycle menstruel. Toutefois, c’est surtout le syndrome pré-menstruel qui est le plus gênant pour les femmes. Il se caractérise par la fatigue, les jambes lourdes, les maux de tête et les seins douloureux. Ce syndrome survient de 2 à 7 jours avant les règles puis  s’estompent quand celles-ci arrivent ou quelques jours après.

Même s’il est vrai que les symptômes ne sont pas les mêmes chez toutes les femmes, le syndrome prémenstruel touche 70% des femmes dans le monde, ce qui inclue bien évidemment les sportives et selon une étude menée en 2 008 par l’INSEE, sur 363 sportives interrogées, 64% d’entre elles ont déclaré que les règles diminuaient leurs performances de façon significative.

Il existe aussi deux autres critères pouvant influer les performances sportives durant les menstruations. D’une part, si les règles sont abondantes, les risques de fatigue et d’anémie sont possibles, ce qui pourrait avoir des conséquences sur les résultats. De l’autre, si les douleurs sont très vives et qu’elles ne cessent toujours pas après une demi-heure d’activités par exemple, il est clair que cela n’encourage pas à continuer.

Toutefois, comme des solutions existent pour atténuer les douleurs liées aux règles, vous n’avez pas à vivre avec. Au final, si les règles ne sont pas abondantes et qu’elles ne causent pas trop de douleurs, elles n’auront aucune incidence sur la performance sportive.

Les sports indiqués et les sports à proscrire

En réalité, il n’y a pas de sport privilégié à pratiquer durant les règles. Faites ce que vous préférez, car ça doit être un moment de plaisir et non de torture. Par contre, il est conseillé d’éviter les sports d’impacts, notamment si vos règles sont abondantes ou si vous êtes anémiée. Il faut surtout éviter les sports qui sollicitent trop le ventre. Sinon, la marche à pied est idéale pour améliorer la circulation sanguine. Quant à la natation, elle permet de détendre les muscles.

Conseils pour éviter les fuites

Le choix de la protection est toujours problématique pour une femme, et ce qu’il soit question de sport ou non. Certaines peuvent avoir eu leurs règles pendant des années sans jamais avoir trouvé la protection idéale, donc pour ce qui est de choisir une protection adaptée pour faire du sport, n’en parlons pas !

Si vous voulez être certaine d’éviter les fuites, privilégiez le tampon ou la coupe menstruelle. Ils sont tous les deux plus confortables pour faire du sport comparés à la serviette et évitent aussi les mauvaises odeurs.

Les bons gestes à adopter

Tout dépend de la forme. Si vous vous sentez bien, vous pourrez alors faire vos séances de sport comme d’habitude. Toutefois, accordez-vous plus de temps pour récupérer. Pour les sportives de haut niveau, il n’est pas rare qu’elles décident de décaler leurs règles d’une ou deux jours si elles ont une compétition importante, mais cela dépend aussi du sport proprement dit.

Si vous faites de la boxe par exemple, c’est le moyen le plus sûr de ne pas ressentir de douleurs. En cas de doutes, vous pouvez toujours demander conseil à votre gynécologue ou à votre médecin. Sinon, écoutez toujours votre corps et ne faites rien que vous ne vous sentez pas capable de faire. C’est la clé de tout !

Le sport de haut niveau et les règles

Vous avez sûrement déjà dû entendre dire que le sport de haut niveau réduit, voire même supprime les règles. Ceci est totalement vrai. D’ailleurs, mêmes les femmes qui pratiquent du sport de façon intensive sont également concernées. C’est ce qu’on appelle « la triade de la femme sportive ». En effet, la pratique de sport peut réduire la production de taux d’œstrogènes car celui-ci est lié au taux de masse de grasse, ce qui aura pour cause de diminuer les règles, voire de les supprimer totalement.Pour résumer, le sport peut avoir des bienfaits sur le corps et a la capacité d’atténuer les douleurs ressenties pendant les règles. Toutefois, il faut savoir choisir le sport adapté à son cas tout en veillant à adopter les bons gestes et à choisir le bon moyen de protection pour pratiquer en toute quiétude.